J’aurais du faire une semaine dans les Alpes…

Mais voilà ! On ne fait pas toujours ce que l’on veut. La semaine ayant été écourtée de deux journées, j’ai annulé la balade (mes excuses Lolote ) …

P1020450 [320_240] Une première balade a été de partir de Théoule sur mer, pour aller sur Nice, remonter le Var, et aller faire les gorges du Cian… jusqu’à Beuil – Valberg. Peu connues, donc peu fréquentées, ces gorges sont étonnantes. 30 km en partant du bas en direction de Beuil. La roche est rouge, mais pas le même rouge que l’Esterel, non, un peu plus foncé et comme il a plut ces derniers temps, la verdure était verte ! Mélange étonnant et détonnant, des falaises à chaque virage. Mais ce sont surtout les deux anciennes clues qu’il faut aller voir. La route n’y passe plus, la circulation y est même interdite. Quand on voit la route on se demande même si une voiture pouvait passer. Il est normal que ces gorges soient restées inaccessibles pendant longtemps.

P1020398 P1020393

Arivé à Beuil, un restaurant nous attendait avec sa terrasse ombragée. C’était un gîte de France, et comme toute cette chaîne, les repas sont bons mais un peu à l’ancienne, à l’encontre des principes nutritifs… La digestion a été lourde !!

La deuxième partie de la balade s’est faite dans les gorges du Daluis. Profonde, la route est souvent en hauteur (à l’inverse des gorges du Cian), et les à pics sont impressionnants. Vous pourrez même sauter à l’élastique au “Pont de la mariée”, appelé ainsi suite à la chute d’une mariée. L’enquête n’a jamais pu dire pourquoi elle était tombée : son mari, un déséquilibre, une bousculade, un saut volontaire … le mystère demeure !! Mais l’endroit est impressionnant.

La deuxième balade a été de faire le début de la Route des Grandes Alpes. Cette route part de Menton pour finir à Thonon-les-Bains au bord du lac Leman. Ne connaissant pas cette route sur sa partie basse, je suis donc allé jusqu’au port de Menton où j’ai pris un café / croissant vers 9h du mat. Derniers réglages du Gps et me voilà parti vers Castillon, Sospel, Le Moulinet, le col du Turini … des routes pour moi mythiques car utilisées lors de la glorieuse époque du rallye de Monte Carlo il y a longtemps ! Quelles routes. Des virages, que dis-je des épingles en bordure de montagne. Quelques mètres montés à chaque courbe… peu de circulation (heureusement) et des vues à couper le souffle. Une année pluvieuse, donc une végétation très verte, foisonnante donnant beaucoup de couleurs. J’ai continué ainsi jusqu’à Saint-Martin Vésubie et enroulé ensuite la montée vers Isola, la fameuse station de ski des Niçois.

P1020512 [740 X 500]

J’ai ainsi continué la grimpette jusqu’au col de Restfond et la cime de la Bonnette, la route la plus haute d’Europe dont le sommet culmine à plus de 2800 m d’altitude. Des paysages rocailleux, un vent frais mais agréable et quelques cyclistes sur les pistes du Tour de France. Là on roule tranquille, on respire à fond, on prend son temps on déguste le paysage et les trajectoires. Sur le chemin du retour à “le Pra” j’ai fait ma pause déjeuner dans une petite auberge sympathique en contrebas de la route. Papotages devant une tartine au fromage et un demi avec un motard d’origine suisse qui avait pris quelques jours pour venir visiter les Alpes françaises et leurs fameux cols !!

Le retour sur Théoule a été très long car j’ai choisi des routes étroites, très sinueuses qui coupent les massifs (Puget Théniers, Sigale, Le Mas, Thorenc, Canaux, St Cézaire sur Siagne, Montauroux …). J’ai bien cru que ça ne finirait jamais ! Même sur ma Bmw, j’avais les fesses engourdies !!! Mais quel régal, n’hésitez pas si vous passez dans ces coins là, faites le détour et quittez les nationales.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.